8 juillet 2020
La fièvre n’est pas un ennemi que nous devons combattre !

La fièvre n’est pas un ennemi que nous devons combattre !

Hier, feuilletant le livre pour la énième fois «Comment élever un enfant en bonne santé … malgré votre médecin«Par le Dr Robert S. Mendelsohn, j’ai relu les premières phrases du chapitre VII:

«Vous inquiétez-vous quand votre garçon a de la fièvre et dans ce cas, il se précipite vers le téléphone pour que le médecin le sache tout de suite? Beaucoup de parents le font parce que les professionnels de la santé – médecins et infirmières – les ont amenés à croire que toutes les fièvres sont dangereuses.«.

Oui, nous avons toujours pensé, ou avons été amenés à penser, que le fièvre C’est quelque chose que nous devons combattre car c’est un danger pour la santé de nos enfants. Et rien de plus éloigné de la réalité. La fièvre est un état dont le corps a besoin pour combattre les virus, les bactéries et autres micro-organismes., ce n’est ni une maladie ni un ennemi; c’est un symptôme que le système défensif fonctionne correctement et nous ne devons pas le combattre à moins qu’il y ait des symptômes associés tels qu’une agitation extrême, un comportement anormal (non typique chez l’enfant) ou une apparence gravement malade, un essoufflement, des vomissements, une toux persistante ou si la fièvre dure plus de trois jours (oui, les enfants peuvent supporter une fièvre modérément élevée pendant trois jours sans problème!).

Médicaments que nous utilisons habituellement pour soulager ou faire baisser la fièvre (aspirine infantile, Apiretal, Dalsy, etc., tous à base de paracétamol, d’ibuprofène et d’acide acétylsalicylique) interférer avec les mécanismes défensifs du corps, en arrêtant son action et en évitant, à long terme, une réponse adéquate à toute maladie (ce qui fera que l’enfant, et plus tard un adulte, dépendront toujours des médicaments parce que leurs défenses n’ont pas appris à se battre); et les antibiotiques, que même s’ils raccourcissent le cours d’une infection, ils présentent à long terme plus de risques que d’avantages.

Nous vous rappelons que dans Laia Naturopathy nous avons le Cours de nutrition orthomoléculaire à l’âge scolaire.

La fièvre

Alors, que pouvons-nous faire en cas de fièvre? Si la fièvre est très élevée et cela nous inquiète….

  • Ils peuvent être utilisés compresses ou chiffons imbibés d’eau tiède (Il n’a pas besoin d’être très froid ou glacé car le corps ne réagit pas au froid, mais plutôt à l’évaporation. N’utilisez pas d’alcool non plus), sur le front et le cou. Changez-les lorsqu’ils se sont réchauffés. S’ils ne suffisent pas, ils peuvent être placés davantage sur les chevilles et les poignets ou baignés dans de l’eau tiède (jamais froide).
  • La même chose peut être faite avec feuilles de chou, le plus vert.
  • le Sels de Schüssler ils sont aussi un remède très efficace: pour les fièvres de plus de 39ºC sel nº 5 Kalium phosphoricum c’est le plus approprié, et pour les fièvres de moins de 39ºC nous utiliserons le sel nº 3 Ferrum phosphoricum. Dans les deux cas, il s’agit de sucer un comprimé, jusqu’à ce qu’il se dissolve dans la bouche, toutes les 15 minutes, et d’espacer les injections à mesure que la fièvre diminue (dans le cas du sel n ° 5 nous le changerons pour le sel n ° 3 lorsque la fièvre tombe en dessous de 39 ° C). Il est possible que la fièvre ne baisse pas de plus de 38 ° C pendant un certain temps, c’est parce que le corps de l’enfant a besoin de cette température pour lutter contre les virus, mais ce ne sera jamais un problème car ces Sels de Schüssler provoquer dans le corps une activation du système immunitaire, favorisant l’auto-guérison. Nous vous rappelons qu’en Laia Naturopathy nous avons le Cours Sales de Schüssler pour les enfants.
  • Bien sûr, certaines plantes médicinales sous forme d’infusion, de gouttes ou de comprimés peuvent également être d’une grande aide: saule il a des propriétés analgésiques et antipyrétiques (abaisse la fièvre); la verveine Il aide également à faire baisser la fièvre; le cassis cela nous fait transpirer davantage; le gingembre il possède des propriétés antibactériennes et antivirales, tout en facilitant l’excrétion du mucus; le thym c’est un puissant antiseptique; et les feuilles de menthe ils augmentent la transpiration et abaissent la température corporelle. Vous pouvez demander à votre herboriste le plus proche pour ces plantes ou préparations spécifiques.
  • Ne pas trop l’abriter avec des couvertures ou des vêtements, ni garder la pièce à une température très élevée. Portez des vêtements en coton qui facilitent la transpiration.

Et bien sûr, il est important de bien hydrater le corps, avec beaucoup d’eau, jus de fruits frais, fraîchement pressé et sans sucre (pomme, carotte, etc.), sérum, bouillons, infusions ou tout ce que le garçon ou la fille veut. Ah! Évitez les produits laitiers à tout prix, car ils produisent plus de mucus et interfèrent dans le bon fonctionnement du système défensif et hormonal (entre autres aspects qui ne sont plus pertinents maintenant et que je vais sûrement expliquer un jour).